Intranet pas net

(20 septembre 2006, bulletin universitaire)

 Ma vie se partage entre les équations et la politique

Albert Einstein

Les « grands » scientifiques sont toujours embarrassés par les événements du monde. Les problèmes du bas peuple les empêchent de travailler. Le cadre professionnel doit être aseptisé, incolore et indolore sous peine de voir ses conjectures partir dans l’abîme. Le réseau interne (intranet) doit être clean et le contenu doux et agréable comme le sourire d’une hôtesse dans un avion de première classe. Les problèmes sociaux n’ont pas leur place dans le réseau de l’université, car ils ne nous concernent pas. A la rigueur une information sans engagement sur les malheurs du peuple sympathique des Inuits, par exemple, à condition de ne pas mentionner les américains comme agresseur.

« J’ai horreur de la politique dans ma boite aux lettres ». Effectivement, je suis horrifié qu’on m’agresse avec leur positions-tracts subjectives sur leur CPE, leur LMD. Tenez, en plein été on m’a bombardé avec leur « cauchemar » du Liban. Pour moi, il n’est pas de pire cauchemar que la défaite du PSG. Par contre, j’aime bien de voir dans ma boîte les informations sur l’Art et comment développer mon engin. J’adore lorsque l’aimable hôtesse me prévient : « les phares de votre voiture au sous-sol sont allumés ». Et puis enfin … je ne comprends pas … ; toute opinion est nécessairement tendancieuse. Je perds mon temps à lire des opinions non autorisées surtout de ceux qui n’ont pas de titres.

Au travail on ne fait pas de politique, car la politique est la base de la démocratie et la démocratie exige une implication. Or, je n’ai pas le temps. Il ne reste plus de cerveau disponible malgré les efforts de TF1 et de ma femme.

Pierre Vidal-Nacquet nous enseigne bien que les chercheurs au temps de Périclès n’aimaient pas le système démocratique. Le grand professeur Platon, il est bien connu, n’aimait pas la démocratie. C’est à ce prix que son immense oeuvre fut créée.

 

This entry was posted in Classe supérieure, Démocratie, Université. Bookmark the permalink.

Αφήστε μια απάντηση

Η ηλ. διεύθυνσή σας δεν δημοσιεύεται. Τα υποχρεωτικά πεδία σημειώνονται με *